9. Se perdre… et se retrouver?


~

Retrouvez la présentation et la liste des chapitres de Recolore mon monde sur cette page: Recolore mon monde.

~

 

emotionsbrutes2.png

« Souviens-toi de ton… Enfance. Cette sensation intense. Ta façon de parler… Ces émotions brutes. En grandissant. Tu as oublié la moitié de toi-même. Mais le temps n’attend pas. Quel que soit ton désir. Le temps s’écoule comme du sable. »

Ultimecia, Final Fantasy VIII.

Tu te souviens de ma première lettre? J’avais parlé de cette impression d’avoir perdu ces émotions, je pense que ces paroles l’illustrent très bien. C’est bête, mais, je me targue de ne pas passer à côté des choses que je lis, des choses que je regarde et que j’entends, mais ça aussi c’est une illusion. En fait, moi aussi je me laisse totalement dominer par le tourbillon du temps qui passe, presque de manière tragique pour nous tous. C’est si compliqué de redéfinir les piliers, les lois du temps qui nous est donné et de notre vie; lorsque tout autour s’accroche à nous pour nous retenir comme les lianes ensorcelées des contes, qui nous tirent vers l’avant ou nous retiennent quand bon leur semble.

Sans titre.png

Pourtant je sais qu’on peut y faire quelque chose, avec de la volonté; avec assez de courage pour combattre ces lianes. C’est sans doute pour ça que tant de personnes se laissent emprisonner par elles, corps et âmes. C’est peut-être plus facile. Est-ce que je serai de celles qui abdiquent aussi, finalement?

Je relis toutes ces lettres que je t’ai écrites, et je crois que je ne suis pas prête à oublier. Vois-tu, tu as laissé une lumière tellement brillante, tellement profonde, qu’elle est indélébile. Chaque jour je pense juste à retrouver pareil éclat. T’écrire était devenu une évidence. Quelque chose m’y poussait. Je sais que partager tout ça avec toi me montre combien toutes ces choses sont si importantes et combien je veux les retrouver.

Aujourd’hui, en écoutant une autre chanson, une chanson que je connais bien pourtant, j’ai soudain compris ses paroles.

C’est bizarre et compliqué, n’est-ce pas? Compliqué de comprendre des textes qui sont écrits et chantés dans une autre langue. Je me demandais aujourd’hui pourquoi je l’avais comprise de travers, cette chanson. Mais est-ce que j’avais vraiment cherché un sens à toutes ces paroles alors que je savais déchiffrer certains mots et qu’ils me serraient le cœur, lorsque je m’aventurais à y penser? Toutes ces paroles pourtant si mélodieuses..? 

Tu sais? Je me dis que certaines choses ne nous paraissent claires que lorsque l’on est prêt à les comprendre vraiment.

Peut être que quelqu’un aura compris ou comprendra ces paroles autrement, j’ai trouvé ma signification. Elle m’a paru tellement évidente que je me suis précipitée pour t’écrire ces mots. Et puis, je pense que j’aurai peur de les oublier, si je ne t’écrivais pas tout de suite.

Tu n’es plus dans mes souvenirs… tu es dans le cri des hirondelles, tu es dans le scintillement d’une fleur de canne à sucre sous un soleil radieux. Dans l’odeur et les couleurs des pétunias. Tu arrives, jaillissant dans l’eau d’un ruisseau quand passe l’œil d’un cyclone… Tu brilles dans le scintillement froid et lointain des étoiles, dans le sourire des inconnus.

C’est étrange, une chanson m’a fait comprendre quelque chose d’aussi évident. Cette chanson, c’est plus que le chef d’œuvre de beauté que je pensais. Je voudrais t’écrire sa signification pour moi:

La promesse du monde.

« Le sourire hésitant à l’intérieur des larmes, voilà la promesse que le Monde a fait depuis le tout début.

Même si maintenant je suis seul, de ce passé où nous étions deux, renaît cet aujourd’hui étincelant; comme le jour de notre première rencontre.

Tu n’est plus dans le monde des souvenirs, tu deviens pareil à cette brise qui m’effleure la joue.

Cet après midi là, après notre séparation, les rayons du soleil filtraient entre les branches des arbres. Jamais ne cesse la promesse du Monde.

Même si maintenant je suis seul, le futur ne connait aucune limite. Tu m’as permis de découvrir la beauté cachée dans la nuit.

Tu n’est pas dans le monde des souvenirs. Dans le chant d’un cours d’eau, dans la couleur de ce ciel, dans l’odeur des fleurs, tu vis pour toujours. »

Sekai no Yakusoku, écrit par Tanikawa Shuntarō, interprété par Baishō Chieko.

finalcoloré.png

J’aimerai continuer à te raconter tous ces bouts de toi, qui naissent et continuent de grandir dans chaque chose que je vois. Peut-être qu’elles m’aideront à ne jamais oublier ces couleurs… peut-être que c’est ce que tu m’as appris toi?  Toi, que j’aime au delà de l’espace et du temps. Toi que j’ai perdu et que je retrouve chaque jour, dans chaque souffle de vent. 

signature lettres

À suivre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s