Le 7 décembre.

Le 7 décembre, accrocher ses trésors au bout des branches.

La matinée avait été calme, tout pour que Linda se décide à décorer les lieux. Cette lubie ne l’avait pas quittée depuis la veille. Bonnet vissé sur la tête, elle avait dans l’idée de transformer la séance de lecture du mercredi des enfants en « opération décoration ». Elle avait tout prévu, tout pensé dans les détails ; ainsi elle avait préparé l’activité toute la matinée : des livres sur le thème, du papier, des crayons, stylos et feutres de couleurs, de la colle et surtout de l’enthousiasme à revendre.

Nicolas l’avait regardé faire du coin de l’œil, ne voulant absolument pas s’en mêler. Pourtant, il savait bien qu’il devrait tôt ou tard mettre lui aussi la main à la pâte.

« C’est étrange », s’exclama Linda, « J’aurais parié qu’il y avait un livre sur une légende de Saint-Nicolas dans la pile, hier. Tu ne l’as pas rangé dans les nouveautés ou quelqu’un l’a déjà emprunté ?

Ne me dis pas que tu veux leur faire lire ça cet après midi ?

Eh bien… en fait si, c’est exactement ce que j’avais pensé faire. Pourquoi pas ? »

Comment lui expliquer.. ? Pensa-t-il en secouant la tête. Entre cette légende et les autres… Il sentait que cette discussion allait durer des heures, mais fort heureusement, l’heure de déjeuner allait lui donner un peu de répit bien mérité, selon son propre jugement.

Aujourd’hui c’était au tour de Linda et d’une autre collègue de rester pendant la pause, il allait lui laisser le relais sans le moindre remord.

Il était 13 heures 30 lorsque Nicolas revint. Dans l’entrée, sur un des porte-manteaux, il découvrit un manteau bleu marine sur lequel tenait de manière précaire une paire de gants et un bonnet rouge vif… cette étrange combinaison lui disaient vaguement quelque chose sans qu’il puisse pour autant comprendre où tout cela le ramenait. Il ne tarda pas à le comprendre en posant les yeux sur l’un des bureaux du hall.

« Oh tiens… Bonjour, Père-Noël, ça va mieux?

Bonjour, il se passe… quoi ?

Je t’en avais pas parlé, Nicolas ? Tous les ans, les gens de l’association de Victorine viennent en parler et faire des collectes, pour leurs fêtes. Mais elle t’en parlera mieux que moi.

O…kay. Victorine, c’est bien ça ?

Je suppose que ça ne t’enchante pas vraiment… enfin, laisse tomber, mais si tu veux bien en parler, si tu connais quelqu’un que ça intéresse… Oh et en fait, je préfère Vicky… » elle baissa le ton pour continuer avec un drôle de rictus « Oh, et si tu acceptes de m’appeler Vicky, je promets de ne plus t’appeler Père Noël, même si c’est très tentant ! »

Victorine semblait être une fille pétillante, mais surtout, plutôt jolie, il fallait avouer qu’on ne pouvait pas vraiment le comprendre quand on vient juste de tomber et qu’on trouve quelqu’un sous une montagne de vêtements, un nez rouge et un nuage qui sort de sa bouche quand elle décide de parler. La lumière chaleureuse du hall de la bibliothèque montrait une toute autre image de « Vicky ».

Un silence gênant s’était installé, ce à quoi Vicky avait mis fin avec une inspiration qu’elle retint quelques secondes, un hochement de tête plus tard, elle était à nouveau à son poste; prête à conquérir le monde. Nicolas rangeait quelque livres qui avaient été rendus aujourd’hui. De son côté, Linda avait déjà entamé son activité, qui semblait emballer les jeunes décorateurs en herbe.

Nicolas s’était installé au bureau alors que les autres s’affairaient, Vicky était en pleine explication des activités de son association. Nicolas lassa traîner son oreille et il fut très surpris par l’incroyable pouvoir persuasif de la jeune femme. Son élocution claire et touchante… il se surprit à s’approcher pour l’écouter un peu plus attentivement. Une fois son interlocutrice éloignée, Vicky se tourna vers Nicolas :

« Alors, tu es intéressé finalement ?

Oui, j’aime bien le concept. Je signe où ? »

Dans quoi s’était-il bien embarqué.. ? C’était ce qu’il aurait très bien pu se demander en s’installant au volant ce soir là, alors qu’il allait rentrer chez lui. Mais c’était peut-être justement ce dernier fait, qui l’avait poussé à s’engager. Il n’était pas très sûr de pouvoir donner de la valeur ajoutée à tout ça, mais il l’avait fait. Pourquoi était-il entré dans le monde associatif jusqu’à y trouver un emploi, après tout ? Un réel emploi qui semblait finalement avoir remplacé l’instinct qui l’avait amené à cet endroit.

Il se souvenait des quelques minutes avant la fermeture, lorsqu’il avait été traîné pour « admirer » le travail de Linda et de ses jeunes décorateurs. Il y avait eu de tout, elle était particulièrement fière de montrer à son collègue les décorations faites par les enfants qui avaient dit ne pas fêter Noël, ils avaient pour mission de parler d’une de leurs fêtes. « Je leur ai dit: ‘Le plus important c’est de partager des souvenirs, des souhaits et des pensées joyeuses!’ je suis plutôt fière de ce qu’ils ont fait! »

Mais Nicolas, lui, avait retenu l’une de ces décorations en particulier, celle d’une petite fille, Lilou… une famille, des sourires…

déco.png

sign

~☆~

Salut,

Je ne pense pas l’écrire tous les jours, mais aujourd’hui, j’y tenais.

Merci d’avoir lu et j’espère vous retrouver pour la suite bientôt.

Précédemment:

Le 6 décembre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s